AccueilSommaireAnimationsLexique

Loupe Rechercher un mot :

Voir le lexique

Communication
Lexique

Aérosols :

Particules solides ou liquides en suspension dans l'air, dont la taille varie entre 0,001 et 10 micromètres, et qui peuvent être d'origine naturelle ou anthropique. Les particules d'aérosols ont un effet important sur le système climatique, à cause de leur interaction directe (absorption et dispersion) avec le rayonnement solaire et terrestre, et de leur incidence sur la formation des nuages.

Dans l'atmosphère les aérosols sont essentiellement des nuages. Ces nuages viennent atténuer l'effet de serre, tout simplement en empêchant la lumière de passer : la lumière est directement réfléchie vers l'espace.

Les émissions d'aérosols comprennent par exemple :

Les particules fines émises lors de la combustion de pétrole ou de charbon (les fumées noires d'une voiture diesel, par exemple),

Les particules fines émises lors de l'utilisation du bois comme combustible (ce qui représente 10% de la consommation d'énergie à la surface de la planète, en ordre de grandeur),

La poussière directement soulevée par la circulation routière, ou l'exploitation de carrières...

Mais il arrive aussi que la nature fasse la même chose, notamment à travers le volcanisme : par exemple l'éruption du volcan Pinatubo, qui a envoyé dans la haute atmosphère un nuage de poussière qui y est resté assez longtemps, a provoqué une baisse des températures mondiales pendant quelques années (qui est en fait plutôt un arrêt momentané de la hausse due à l'effet de serre !).

Anthropique :

D’origine humaine (exemples : combustion de pétrole, de gaz et de charbon, incendies de forêts)

Biosphère :

Partie du système terrestre comprenant tous les écosystèmes et organismes vivants présents dans l'atmosphère, sur terre (biosphère terrestre) ou dans les océans (biosphère marine), y compris la matière organique morte qui en provient, telle que la litière, la matière organique du sol ou les détritus océaniques.

CFC (chlorofluorocarbures) :

Substances synthétiques gazeuses composées de chlore, de fluor et de carbone. Les CFC ont été utilisés comme frigorigènes, propulseurs d'aérosols et solvants de dégraissage et dans la fabrication de mousse plastique. Les CFC sont liés à l'appauvrissement de l'ozone stratosphérique.

Champs magnétiques :

Dans l'intérieur du Soleil, tous les atomes sont ionisés et forment un plasma dont la circulation crée des champs magnétiques.

Cryosphère :

glace de mer, glaciers et calottes glaciaires.

Culture sur brûlis :

Culture sur une terre préalablement débarrassée de ses broussailles par une incendie maîtrisé : les cendres servent d’engrais mais ensuite il faut attendre plusieurs années pour cultiver à nouveau cette terre.

Cycle solaire :

Cycle d’environ 11 années, pendant lequel l’activité du soleil diminue sur 7 ans (car le nombre de taches diminue).

Dengue :

La dengue est une infection virale, endémique dans les pays tropicaux, qui peut mener à une fièvre hémoragique potentiellement létale. Elle est transmise à l'homme par l'intermédiaire de moustiques.

La maladie se répand souvent en milieu urbain ou semi-urbain. La plupart du temps, il s'agit d'une maladie bénigne simulant un syndrome grippal sévère. Dans de rares cas, et principalement en cas de réinfection, peuvent survenir des complications parfois létales.

Durée de séjour :

Temps nécessaire pour que le gaz en surplus disparaisse de l'atmosphère.

Ecosystème :

Système où des organismes vivants interagissent avec leur environnement physique. Les limites de ce qu'on peut appeler un écosystème sont assez arbitraires et dépendent de ce qui retient l'attention ou du thème de l'étude. Ainsi, un écosystème peut se limiter à un espace très réduit ou s'étendre à toute la Terre.

Effet de serre :

Échauffement de l'atmosphère terrestre causé par la présence de certains gaz qui retiennent la chaleur (dont la vapeur d'eau, le dioxyde de carbone et le méthane). Ces gaz absorbent les rayons émis par la Terre, retardant de ce fait la déperdition d'énergie du système atmosphérique vers l'espace. L'effet de serre est un phénomène atmosphérique naturel et permet de maintenir la Terre à une température suffisante pour que les êtres humains puissent y vivre.
En savoir plus >

énergie fossile :

Energies provenant de l'utilisation de composés organiques (hydrocarbures, gaz naturel, ...)

Facules :

Régions du Soleil, plus lumineuses, qui ont tendance à accroître son rayonnement.

Gaz à effet de serre :

Les gaz, tels que la vapeur d'eau, le dioxyde de carbone, l'ozone, l'oxyde d'azote, le méthane et les halocarbures, qui sont transparents pour le rayonnement solaire mais qui sont opaques pour le rayonnement infrarouge de grande longueur d'ondes. Les gaz à effet de serre composent environ 1% de notre atmosphère, le reste étant composé d'oxygène, d'azote et de traces d'autres gaz.

Glaciation :

Événements d'origine climatique, les glaciations ne sont connues que de manière indirecte par les traces plus ou moins visibles ou accessibles qu'elles ont laissées. Les modelés et les dépôts d'origine glaciaire constituent les témoins les plus facilement repérables de l'extension passée des glaciers.

Gulf Stream :

Le Gulf Stream est un courant océanique. Le moteur de la circulation est la différence de densité due à la salinité et la température des eaux. Les eaux des pôles sont plus froides et moins salées et les eaux de l'Équateur plus chaudes et plus salées. Dans l'Atlantique Nord, le Gulf Stream, qui va de l'équateur vers le pôle Nord, véhicule de la chaleur sur toute l'Europe occidentale qu'il longe. Arrivée en mer de Norvège, l'eau du Gulf Stream plus chaude et plus salée, rencontre les eaux plus froides et douces venues du pôle ; étant plus dense à cause de sa teneur en sel plus élevée, elle plonge vers les profondeurs de l'océan.

C'est alors un courant très profond qui prend naissance. Il se dirige vers l'Équateur, en longeant l'Amérique du Nord. Arrivées à l'Équateur, les eaux froides, moins denses, moins salées, et plus légères remontent à la surface où elles se réchauffent et redonnent naissance au Gulf Stream.

Halocarbures :

Les principaux gaz "industriels" à effet de serre sont les halocarbures (formule générique de type CxHyHalzHal représente un ou plusieurs halogènes). Il s'agit d'une vaste famille de gaz obtenus en remplaçant, dans une molécule d'hydrocarbure (comme le propane, le butane, ou encore l'octane, que l'on trouve dans l'essence), de l'hydrogène par un gaz halogène (le fluor, le chlore...). Les molécules ainsi obtenues ont deux propriétés :

> Elles absorbent très fortement les infrarouges, beaucoup plus que le gaz carbonique.

> Elles sont très "solides" : la partie la plus "énergique" du rayonnement solaire (les ultraviolets et les rayons cosmiques) met très longtemps à "casser" ces molécules une fois qu'elles sont dans l'atmosphère ; elles y restent donc très longtemps.

Une famille particulière d'halocarbures, les CFC, est non seulement un gaz à effet de serre, mais aussi responsable de la destruction de l'ozone stratosphérique. Leur production a été progressivement interdite, par le protocole de Montréal signé en 1987, qui ne concerne pas les autres gaz à effet de serre.

Il existe également un autre gaz industriel que l'on mentionne souvent dans les milieux spécialisés, l'hexafluorure de soufre (SF6). Il est utilisé par exemple pour les applications électriques (transformateurs) et les doubles vitrages. Il n'est pas émis en grande quantité mais est encore plus absorbant pour les infrarouges et plus résistant à la partie "dure" du rayonnement solaire que les halocarbures.

Modèle climatique :

Représentation numérique complexe du système climatique élaborée par des ordinateurs et fondée sur les propriétés physiques, chimiques et biologiques de ces composantes, et de leurs interactions et rétroactions.
En savoir plus >

Précession :

La précession est le changement graduel de l'axe de rotation d'un objet. Ce phénomène est très visible avec une toupie mais tous les objets en rotation peuvent subir la précession.
Lorsqu'un objet précesse, l'inclinaison de son axe se déplace en cercle dans la direction opposée à celle de la rotation de l'objet.

Protocole de Kyoto :

Son objectif est une réduction de 5,2% des émissions de gaz à effet de serre en 2012.

Pour qu'il entre en vigueur, il fallait qu'il soit signé par 55 pays représentant 55% de l'émission mondiale des gaz à effet de serre. Avec les 17% de la Russie, la barre est franchie. Il manque désormais les USA (36%) et l'Australie.

Chaque pays doit réduire ses émissions dans une proportion définie. Mais les signataires peuvent aussi racheter des "permis d'émissions" à d'autres pays qui auraient réduit plus que ce qui leur était demandé.

Protocole de Montréal :

Le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone a été adopté à Montréal en 1987, puis actualisé et amendé à Londres (1990), Copenhague (1992), Vienne (1995), Montréal (1997) et Beijing (1999). Il réglemente la consommation et la production de produits chimiques chlorés et bromés qui détruisent l'ozone stratosphérique, tels que les CFC, le trichloroéthane ou le tétrachlorure de carbone.

Scénario climatique :

Une représentation plausible du climat futur produite à des fins d'enquête sur les conséquences éventuelles des changements climatiques anthropique, qui sert souvent d'intrant dans les modèles d'impacts. Les projections climatiques servent aussi souvent de données de base pour l'élaboration d'un scénario climatique. Statu quo - Scénario dans le cadre duquel on ne déploie aucun effort supplémentaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et/ou améliorer les puits de carbone.

Stratosphère :

Deuxième couche de l’atmosphère située entre 10 et 50 km d’altitude. Dans la stratosphère, l’ozone arrête les ultraviolets du Soleil qui ont tendance à "casser" les liaisons chimiques indispensables à la vie. Sans cette couche d'ozone stratosphérique la vie évoluée n'existerait probablement pas en dehors des océans.

Taches solaires :

Régions du Soleil, plus froides, qui ont tendance à réduire son rayonnement.

Troposphère :

Première couche de l’atmosphère, épaisse d’une dizaine de kilomètres.

Vent solaire :

Flux de particules chargées, principalement protons et électrons, qui s’échappent en permanence de la couronne solaire vers le milieu interplanétaire.

Retour

Copyright menaceclimatique.free.fr 2004-2005
Valid XHTML 1.0! Valid CSS!