AccueilSommaireAnimationsLexique

Loupe Rechercher un mot :

Voir le lexique

Communication
Info

Actu Téléchargez nos animations :

Nous mettons à votre disposition les animations que nous avons réalisé. Pour les télécharger, il vous suffit de faire un clique droit sur le lien suivant, puis "Enregistrer la cible sous..."

animations.zip (874 Ko)

Si vous n'arrivez pas à lire les animations, installez FlashPlayer

Le 04/12/2005

Actu Chirac : aller plus loin que Kyoto :

Jacques Chirac a appelé mardi les pays développés à aller plus loin que le protocole de Kyoto en "divisant par quatre" d'ici à 2050 les émissions de gaz à effet de serre afin d'enrayer le réchauffement de la planète. Il a suggéré que le prochain sommet du G8 sous présidence britannique, en juillet, soit "l'occasion d'avancer dans cette direction". Il a demandé aussi au gouvernement de réfléchir à de nouvelles mesures pour la réhabilitation énergétique des bâtiments anciens et à la future Agence de l'Innovation industrielle de développer des programmes de recherche dans "six domaines stratégiques" : la séquestration du carbone, le véhicule propre, la pile à combustible hydrogène, les biocarburants, le solaire et photovoltaïque, le bâtiment économe en énergie. Par ailleurs, le président de la République a déclaré qu'il évoquera la question du réchauffement de la planète lors de son entretien lundi prochain à Bruxelles avec le président américain George W. Bush.

Le 15/02/2005

Actu Kyoto le retour :

Alors que le Protocole de Kyoto va enfin entrer en vigueur le 16 février prochain, de nombreuses voix s’élèvent pour mettre en garde contre l’insuffisance des mesures prévues et le risque d’accélération du réchauffement climatique. Le niveau de CO2 dans l’atmosphère est actuellement de 380 ppm contre 280 ppm avant l’ère industrielle (fin 18ème). Le consensus actuel tourne autour d’une hausse de 3°C d’ici une centaine d’années.

Le 24/01/2005

Actu Un voilier va observer les changements climatiques en Antarctique :

Un deux-mâts va appareiller ce mois-ci de la pointe de l'Amérique du Sud à destination de l'Antarctique. Il va observer l'impact sur ce continent des changements climatiques, dans le cadre d'un projet des Nations unies.

> Le voilier, baptisé le Tara et dont l'expédition est soutenue par le Programme de l'ONU pour l'environnement (PNUE), doit visiter pendant un mois différentes zones de l'Antarctique, dont la mer de Weddell, précise un communiqué publié mardi par les Nations Unies.

L'expérience servira de préparation pour une autre expédition du Tara, un voyage de deux ans dans l'Arctique prévu, également sous l'égide du PNUE, de septembre 2006 à septembre 2008. Ce projet s'inscrira dans le cadre de l'Année polaire internationale 2007, décrétée pour mieux comprendre les mécanismes du réchauffement climatique.

L'équipe de l'expédition Tara, dirigée par Etienne Bourgois, servira de plateforme sur place à plusieurs projets de recherche scientifique internationaux. Le photographe brésilien Sebastiao Salgado participera à l'expédition dans l'Antarctique.

Le 05/01/2005

Actu Les Etats-Unis rejettent toute discussion sur "l'après-Kyoto" :

Les Etats-Unis s'opposent à tout débat sur de nouveaux engagements de réduction des gaz à effet de serre après l'expiration, en 2012, du protocole de Kyoto, a indiqué vendredi un haut responsable américain à la conférence de Buenos Aires sur le changement climatique.

"Nous considérons que commencer un processus de négociation sur l'après-2012 est prématuré", a déclaré à l'AFP le chef de la délégation américaine, Harlan Watson.

Le protocole de Kyoto, rejeté par les Etats-Unis, impose des réductions de CO2 et de cinq autres substances réchauffant l'atmosphère aux pays industriels d'ici 2012. Les pays en développement doivent seulement établir des inventaires d'émissions.

Citant l'accélération de l'effet de serre, les Européens veulent durcir les obligations chiffrées de Kyoto après 2012 et réengager les Etats-Unis, le premier pollueur planétaire.

Ils veulent également associer les grands pays en développement, Chine, Inde, Brésil, Corée du Sud, Mexique et Indonésie, mais ces pays dits "émergents" redoutent que tout effort de maîtrise de leurs rejets de CO2 n'entrave leur croissance économique.

Le débat sur l'"après-Kyoto" devrait dominer les discussions de quelque 80 ministres de l'Environnement de la planète, attendus pour les trois derniers jours de la conférence de l'ONU (15-17 décembre). La conférence a commencé le 6 décembre au niveau des hauts fonctionnaires sous l'égide de l'ONU. 178 pays y sont représentés.

Le débat sur l'avenir de la lutte contre le réchauffement planétaire a pour toile de fond l'entrée en vigueur du protocole de Kyoto, prévue le 16 février prochain. Une disposition de l'accord prévoit en effet l'ouverture de négociations en 2005 sur des engagements post-2012.

En pratique, ces premières tractations officielles auront lieu lors d'une nouvelle conférence de l'ONU, en novembre 2005.

Pour déblayer le terrain, la présidence argentine de la conférence a proposé mercredi, dans une note écrite, la tenue de deux réunions préparatoires, en "avril-mai" et en "septembre-octobre". Elle a qualifié ces assises de "séminaires", ce terme diplomatique excluant toute décision concrète.

Le représentant néerlandais, Yvo de Boer, a rappelé vendredi devant la presse, au nom de la présidence de l'Union européenne, que les Européens étaient très favorables à l'initiative argentine.

Il a expliqué que pour l'UE, il pouvait y avoir diverses sortes d'engagements en matière de limitation de gaz à effet de serre, selon le niveau de développement des pays, et que pour le moment l'essentiel était de commencer les discussions sans a priori.

Les Etats-Unis, a indiqué à l'AFP M. Watson, ne sont pas hostiles à des "séminaires" pour autant qu'ils se limitent à des "échanges d'informations" entre les différents pays. Chacun peut alors présenter la manière dont il entend combattre le changement climatique, a-t-il expliqué.

"Nous avons déjà participé à de nombreuses réunions informelles de ce genre et elles peuvent s'avérer très utiles", a-t-il dit, mais "il n'est pas question d'ouvrir la voie à un processus de négociation sur l'après-2012".

M. Watson a précisé que la proposition argentine était inacceptable en l'état pour les Etats-Unis. Il a également rejeté les amendements proposés par l'Union européenne.

L'UE souhaite que l'ordre du jour des futurs "séminaires" soit précisé dans le texte argentin, qui serait appelé à faire l'objet d'une décision formelle de la conférence de Buenos Aires.

Selon elle, ces discussions devraient déjà aborder les réductions d'émissions nécessaires pour stabiliser la concentration du CO2 dans l'atmosphère ainsi que les moyens de concilier lutte contre le changement climatique et développement des pays du Sud.

Le 10/12/2004

Retour

Copyright menaceclimatique.free.fr 2004-2005
Valid XHTML 1.0! Valid CSS!